Brève présentation de Mbou-Mon-Tour (MMT)

Mbou-Mon-Tour (MMT) est une Organisation Non Gouvernementale (ONG) de droit congolais, basée dans la province de Maï-Ndombe, Territoire de Bolobo, à environ 300 km au nord de Kinshasa, entre les latitudes -2.55 et -2.30 et les longitudes 16.14 et 16.30.

A la suite de la raréfaction de certaines espèces animales et des effets de la déforestation combinées à une diminution de l’observance des lois coutumières sur le respect de la biodiversité locale, des habitants du village Nkala dans le Territoire de Bolobo et quelques des cadres universitaires originaires de la zone, soutenus par leurs chefs coutumiers, ont créé en avril 1997 une association dénommée « Mbou-Mon-Tour », en sigle MMT. Cette mobilisation collective a débouché sur un programme de conservation communautaire innovant visant un développement socio-économique compatible avec la conservation de la biodiversité de la région.

Son siège est situé dans sa ferme agropastorale, à 2 km du village Nkala, Territoire de Bolobo, dans la Province de Maï-Ndombe.

Cette association s’était assignée comme objectifs principaux la protection de l’environnement et la promotion du développement durable. Le rayon d’action de MMT est la province du Maï-Ndombe, en République Démocratique du Congo ; il comprend les Territoires de Bolobo et Mushie pour les activités de la conservation communautaire et ceux de Yumbi, Inongo et Kutu pour la sensibilisation à la protection de la biodiversité.

MMT s’est fixé comme vision de contribuer à un monde où les personnes satisfont à leurs besoins primaires grâce à la gestion durable des ressources naturelles. Sa mission est d’accompagner les communautés dans des initiatives de développement, conservation et gestion rationnelle de la biodiversité de la province du Maï-Ndombe.

Concernant spécifiquement les bonobos, Pan paniscus, espèce endémique de la RDC et menacée d’extinction, MMT a surpris le monde scientifique en 2001 par l’annonce de la présence de ces grands singes dans le Territoire de Bolobo, à 300 km environ au nord de Kinshasa. Les organismes de conservation contactés ont longtemps estimé que les bonobos ne pouvaient pas vivre dans un habitat de ce type et il a fallu attendre la confirmation de l’information par une équipe de WWF invitée par MMT en novembre 2005 pour que cette présence soit enfin reconnue par la communauté scientifique internationale, ce qui a eu comme conséquence la modification du landscape Lac Tumba et l’installation de WWF dans la région.

Photo by Zanne ClayPhoto by Zanne Clay

Bénéficiant d’un large soutien de la part des chefs coutumiers et des populations locales, MMT a rapidement entamé depuis 2001 une série de campagnes de sensibilisation sur la protection des bonobos et développé un mode de communication susceptible d’atteindre un large public, à travers des chansons populaires basées sur les vieilles coutumes Téké interdisant la chasse et la consommation de la viande du bonobo.

A la suite de ces campagnes de sensibilisation, 6 villages de la région, à savoir Bodzuna, Embirima, Makaa, Mbee, Mpelu et Nkala, prirent la décision en 2006 de consacrer une portion de leur forêt à la protection des bonobos et des petits singes, aboutissant à un processus de création de forêts communautaires. Ce travail se base sur l’article 22 du code forestier qui accorde désormais la possibilité aux communautés locales de gérer elles-mêmes leurs forêts régulièrement possédées en vertu de la coutume.

C’est à partir de cette date que MMT commença à appuyer la constitution et la formation d’équipes de pisteurs villageois, ainsi que leur prise en charge par le biais de ses différents partenaires. Les pisteurs ont comme principales tâches d’assurer le monitoring régulier et l’habituation des primates, de collecter les données de suivi des bonobos et sur les habitats et d’assurer la surveillance des forêts via les patrouilles communautaires pour dissuader les activités illicites dans ces forêts.

MMT compte à ce jour 7 sites de monitoring des bonobos dont 4 sont destinés à l’habituation progressive de l’espèce à la présence humaine, les 3 autres étant exclusivement des sites de suivi écologique.

Photo by Victor Narat

La proximité de la région avec Kinshasa et Brazzaville est un atout important en matière de recherche scientifique et de développement du tourisme. Ces sites d’étude et de suivi des bonobos et petits singes accueillent régulièrement des chercheurs et étudiants venus du monde entier et il est actuellement possible d’observer les bonobos en milieu naturel et en continu pendant plus de 5 heures à moins de 20 mètres. Actuellement, 41 pisteurs travaillent sur les 6 sites de MMT sous la supervision d’un coordinateur local, évoluant lui-même sous la tutelle de la direction à Kinshasa.

Reconnaissant le rôle des communautés riveraines dans la survie des populations des bonobos vivant dans cette région, MMT n’a jamais envisagé soutenir la création d’une réserve naturelle au sens classique du terme et a plutôt opté pour le soutien à la participation des habitants de la région à la conservation de la Nature, consistant à consacrer une partie de la forêt à la conservation des bonobos tout en faisant bénéficier les communautés riveraines des retombées de cette conservation communautaire.

Pour parvenir à cet objectif, MMT se base sur l’article 22 du code forestier congolais et accompagne ainsi six communautés locales précitées dans la gestion de leurs Concessions des Forêts des Communautés Locales (CFCL), désormais reconnues légalement par des arrêtés signés par le Gouverneur de la province de Maï-Ndombe depuis le mois de mai de l’année 2017.

MMT a su faire valoir  son modèle innovant de conservation de la nature à base communautaire tant au niveau national qu’international et ce au travers des actions de communication, lobbying et plaidoyer. A titre illustratif, son projet a fait l’objet de plusieurs reportages de médias internationaux dont RFI, France Culture Monde, Ushuaia TV, France 2, France 3, National Geographic. 

En plus, MMT figure parmi les ONGs qui ont pu obtenir des titres légaux officiels en guise de la sécurisation juridique de leurs CFCLs (Concessions de Forêts de Communautés Locales), après publication des mesures d’application relatives aux CFCLs.

A l’heure actuelle, les CFCLs supervisées par MMT font figure d’école en matière d’initiatives de concessions forestières des communautés locales et de protection de la faune. L’engagement de MMT avec le plein concours des populations locales à préserver les forêts naturelles de Bolobo lui a valu trois mérites internationaux dont le Prix Alexandre Abraham (2009), le Prix Ashden (2021) et le Prix Equateur (2022).

De manière globale, les activités de MMT se focalisent sur les thématiques suivantes :

  • La sensibilisation sur l’utilisation durable de la biodiversité et la conservation des bonobos et des autres espèces protégées, ainsi que la protection de leurs habitats ;
  • L’accompagnement des communautés locales dans le processus de la foresterie communautaire ;
  • L’habituation et le monitoring des bonobos et le suivi des petits singes ;
  • Le développement d’activités économiques alternatives, susceptibles de réduire la dépendance des populations locales aux ressources forestières et d’améliorer leurs conditions de vie ;
  • Le renforcement des capacités des communautés locales et du staff de terrain et de bureau de MMT ;
  • La lutte et l’adaptation au changement climatique à travers le reboisement, l’agroforesterie et la mise en défens en vue de la régénération naturelle ;
  • La valorisation des ressources locales à travers l’écotourisme et la recherche scientifique.

Pour contact:

Bureau à Kinshasa : N°12, 15ème Rue Limete Industriel, Kinshasa, RDC.

Tel. : +243810340845

Facebook : https://web.facebook.com/mboumontour

E-mail : ongmboumontour7@gmail.com

Site Web: https://mboumontour-mmt.org/